D’outsider à leader du Championnat : Antoine Massé fait le bilan

20180717030053-e17d1f35-me

Après de nombreuses saisons passées en Championnat de France des Rallyes, Antoine Massé avait décidé de revenir au Rallycross cette saison. Pour ses débuts en Supercar, le Sarthois annonçait des ambitions mesurées avant de vite revoir à la hausse ses objectifs. Le leader du Championnat répond à Rallycross France avant d’attaquer la dernière ligne droite !

 

Le bilan à la trêve

« Il faudrait être difficile pour ne pas dire qu’il est positif ! On savait que nous pourrions avoir la performance mais on pensait aussi qu’il me faudrait plus de temps pour reprendre mes marques avec la discipline et son environnement. Au début, le premier objectif était d’accrocher une finale, puis un podium. Avec une deuxième place à Abbeville, dès la première manche, on a vite changé nos plans et on s’est donné le défi de jouer notre carte pour le titre.

i 

Ensuite, j’enchaine deux courses où je me bats pour la victoire et je me fais déclasser. Deuxième à Essay, premier à Châteauroux. Sans les déclassements, c’était une excellente opération pour le championnat. Honnêtement, j’ai pensé tout arrêté après Châteauroux. Et puis, on a pris la décision de continuer … Au vu des résultats qui ont suivi, je pense que c’était la bonne décision.

 

A Faleyras, je dois la gagner. Je suis en tête en finale avant un drapeau rouge. Je rate le deuxième départ et je fais deuxième. Ensuite, le grand moment de la saison pour l’instant reste ma victoire à Lavaré devant mes supporters et tous mes partenaires. Je pense que ça restera gravé un long moment dans ma mémoire. Et après la deuxième place de Pont de Ruan, on arrache une deuxième victoire à Kerlabo après être passé tout proche de l’abandon après la Q4.

20180703073402-c8977c28-me

 

Etre en tête du championnat après sept courses est donc vraiment positif. Mais si on regarde bien, sans les déclassements, on aurait vraiment une belle avance et donc ce serait encore plus positif ! »

La voiture

« La 208 est une voiture assez facile à prendre en main. C’est un plaisir immense d’être à son volant. Très peu de voitures peuvent procurer ces sensations. La réelle difficulté est la constance. C’est difficile d’être tout le temps à 100% et d’être tout le temps dans le coup. Les départs sont aussi compliqués. On peut facilement ‘se rater’ et ensuite ça compromet le résultat. J’ai la chance d’avoir une super équipe derrière moi qui me permet d’exploiter la voiture au mieux. Ils la connaissent par cœur et savent de quoi ils parlent. Avec ce qu’il s’est passé à Kerlabo, avec autant de dégâts en Q4, je ne pense pas que beaucoup auraient pu repartir en demi-finale. Ils ont fait un travail incroyable. C’est génial d’être aussi bien entouré et de pouvoir compter sur eux ! »

20180731235556-ae9c786a-me

La fin de saison

 

« Maintenant, on ne peut plus se cacher ! On va tenter d’aller décrocher le titre. Ca serait vraiment incroyable de réussir à le faire pour tous mes partenaires et toutes les personnes qui me soutiennent dans ce projet un peu fou au départ !

 

Je pense que ce qui pourra faire la différence, ce sera la régularité. Je dois essayer de faire le moins d’erreurs possibles, d’éviter les accrochages. Il faudra aussi faire des bons départs pour avoir des courses propres.

 

A partir d’un certain moment de la saison, on ne regarde plus la performance pure. C’est bien d’être rapide mais maintenant, il faut être devant et marquer de gros points. On se concentrera aussi à avoir de bonnes stratégies au niveau du tour joker. C’est certain, ça se jouera sur des détails. Guerlain est un excellent pilote, qui roule beaucoup entre la France et le Championnat du Monde, et son équipe est très professionnelle. A nous de faire au moins aussi bien voire mieux qu’eux !

 

Je connais les derniers circuits mais je n’y ai aucune expérience avec la Supercar sur les trois et il n’y a que Mayenne sur lequel j’ai déjà roulé avec d’autres voitures. Je suis aussi rassuré d’avoir eu de la pluie à Kerlabo. On ne partira pas dans l’inconnu. En plus, nous étions plutôt rapides et à l’aise.

 

Dernier point, la fiabilité ! On arrive en fin de saison, les voitures ont beaucoup roulé et il faudra qu’elles tiennent le coup ! »

i2

 

 

 

 


  • Yacco
  • Avon
  • la chaine l'equipe
  • Bfast
  • Echappement