FOCUS SUR LE SUPER 1600

super1600

Aux yeux de tous, le Championnat de France Super 1600 est l’un des plus spectaculaires, avec ses bagarres en peloton et ses voitures très performantes. Longtemps plébiscitée par les pilotes, la catégorie a connu une saison 2018 en demi-teinte avec moins d’engagés que par le passé. Nous avons interrogé différents acteurs de la discipline pour connaître leurs avis sur le Super 1600 et son avenir. Parmi eux, Jean-Jacques Bénézet – Président de l’AFOR, Julien Hardonnière – Pilote en Super 1600, David Olivier – Pilote en Supercar et préparateur de Super 1600, Laurent Chartrain – Pilote en Super 1600 et Yvonnick Jagu – Champion Super 1600 en titre.

Le mot sur Président, Jean-Jacques Bénézet :

«  Le ‘Super 1600’ est une catégorie indispensable au Championnat de France de Rallycross et que ce soit au niveau de la FFSA ou de l’AFOR, rien n’est prévu à ce jour pour l’arrêter. La véritable volonté est de la faire durer le plus longtemps possible encore.

C’est clairement l’anti-chambre du Supercar avec des bagarres toujours plus spectaculaires, avec de très bons pilotes et avec des voitures qui font frémir le public. Chaque catégorie connaît des saisons plus difficiles en terme de fréquentation. C’est cyclique. Pour le Super 1600, c’était cette année même s’il y a eu un regain de forme en fin de saison. Sa véritable force est que même, avec moins d’engagés, l’intensité des courses reste la même pour le plus grand bonheur des passionnés.

Je peux d’ores et déjà vous garantir un plateau exceptionnel en 2019. La couverture médiatique, à travers la diffusion de nos meetings sur La Chaine L’Equipe, sera similaire à la catégorie reine, le Supercar. De plus, le Super 1600 offre à la clé un titre de Champion de France, ce qui n’est pas le cas de la Division 3 ou de la Division 4 par exemple.

En plus de ces arguments notables, pour ceux qui hésiteraient encore, il faut savoir que le Super 1600 offre autant de liberté que le Supercar. Les deux seules conditions sont d’avoir une cylindrée de 1600 cm3 et une traction avant.

En Rallycross, nous sommes loin des coûts du ‘Super 1600’ du Rallye avec une liberté des plus totales ce qui permet d’avoir une voiture compétitive, fiable et plaisante à conduire pour un budget maîtrisé. »

QUE PENSEZ-VOUS DE LA CATEGORIE SUPER1600 ?

JULIEN HARDONNIERE : « C’est une catégorie super intéressante, avec des autos entre 220 et 260 cv. Toute la puissance est au sol et pour ma part, au niveau des sensations j’ai l’impression d’être au volant d’un gros karting.  Au niveau du championnat, il y a de très bons pilotes avec de très bonnes autos. C’est une catégorie très disputée et spectaculaire ! Il est vrai que cette année, il y avait moins d’engagés que d’habitude, ça a été plus triste. Mais de mon point de vue, je n’aimerais pas que le Super1600 soit mélangé à une quelconque autre catégorie. Elle mérite vraiment d’exister à part entière ! »

DAVID OLIVIER : « C’est très spectaculaire ! Ce sont des courses très intenses avec des voitures légères et puissantes. Il y a aussi beaucoup de jeunes ce qui en fait une catégorie dynamique ! C’est dans cette discipline que j’ai pris le plus de plaisir à rouler, on est obligé d’attaquer tout le temps ! »

LAURENT CHARTRAIN : « J’adore ! Ce sont des voitures sympathiques ! Même si elles peuvent sembler un peu vieillissantes parfois, c’est un pur régal à piloter mais aussi à regarder ! Malgré l’âge de certaines, elles n’en demeurent pas moins très efficaces en comparaison des nouveaux modèles… »

YVONNICK JAGU : « C’est une très belle discipline, la dernière marche avant le Supercar. La catégorie n’est plus alimentée par les constructeurs d’usine mais ça n’empêche pas le Championnat d’Europe de très bien se porter par exemple ! Toutes les autos du plateau sont assez proches en terme de performance ce qui provoque de belles batailles ! Il y a un réel engouement du public quant au Super 1600. »

QUELS SONT LES AVANTAGES DU SUPER1600 PAR RAPPORT A D’AUTRES CATEGORIES ?

JULIEN HARDONNIERE : « Le Super 1600 est convoité par le Championnat d’Europe et d’autres Championnat, tant il est disputé et intéressant ! Aussi, il s’agit d’un championnat de France et non plus d’une Coupe de France, ce qui apporte plus de visibilité que pour d’autres catégories. Il ne faut pas oublier que les voitures qui roulent en Championnat d’Europe sont des Super1600 ! Et puis, malgré tout, la catégorie reste tout de même relativement accessible par rapport au Supercar par exemple. »

DAVID OLIVIER : « Tout d’abord il s’agit d’un championnat de France et non d’une Coupe. Il y a aussi une grande liberté au niveau de la conception des voitures par rapport à d’autres catégories. Enfin, le Super 1600 reste abordable comparé au Supercar et le plaisir est tout aussi présent ! »

LAURENT CHARTRAIN : « Les voitures sont hyper performantes ! Elles sont très compliquées à régler, ce qui pourrait s’apparenter à un désavantage, mais il s’agit d’un avantage car lorsqu’elles sont réglées et ajustées comme il le faut, et que tout est mis bout à bout, elles deviennent très puissantes et performantes ! »

YVONNICK JAGU : « Pour les nouveaux entrants, il est vrai qu’il est compliqué de trouver un véhicule d’usine mais à l’inverse, chacun a une totale liberté pour fabriquer sa propre auto tant la réglementation le permet. Chaque pilote peut donc régler sa voiture comme il le souhaite. Ça augmente les possibilités et rend donc le championnat plus intéressant. »

ETES-VOUS CONFIANT POUR L’AVENIR DE LA CATEGORIE ?

JULIEN HARDONNIERE : « Complètement ! Je pense qu’en 2019, beaucoup de pilotes reviendront et d’autres arriveront. Pour ma part, j’espère pouvoir revenir pour toute une saison !

J’ai le sentiment que le Championnat va revenir de plus belle et j’espère que nous serons entre 15 et 20 engagés à chaque course. J’encourage à se lancer dans cette catégorie ! »

DAVID OLIVIER : « J’ai toujours été confiant et optimiste. Il faut garder cette compétition ! Et pour moi, le Super 1600 ne s’arrêtera pas. Il existe un vivier intéressant, les voitures qui étaient en vente se sont vendues facilement ce qui laisse présager un avenir plutôt optimiste malgré la mauvaise passe connue cette année ! »

LAURENT CHARTRAIN : « Je suis toujours confiant quant à son avenir ! J’ai toujours adoré cette catégorie et nous l’avons toujours connue avec beaucoup d’engagés. Si tout le monde retrouve le budget nécessaire ce serait l’idéal ! »

YVONNICK JAGU : « Oui, dans l’ensemble je suis confiant. On a œuvré fin 2018 pour que le plus de pilotes reviennent pour la saison 2019… L’avenir de la catégorie à court terme dépendra tout d’abord du nombre d’engagés à chaque manche. Pour chaque team, différents facteurs entrent en compte, au niveau de la logistique, des coûts, de l’organisation et de l’auto, il faut savoir maîtriser l’ensemble des coûts. Mais j’ai bon espoir ! »


  • Yacco
  • Cooper
  • la chaine l'equipe
  • Bfast
  • Echappement
  • LP tents