Rencontre exclusive avec Guerlain Chicherit !

0T8A3000_bis

Engagé sur l’ensemble du Championnat de France de Rallycross au volant de la Clio de Fabien Chanoine, Guerlain Chicherit sera sans aucun doute l’attraction de cette saison 2017 en Supercar ! Rallycross France a profité d’une séance d’essais sur le Circuit de Dreux pour rencontrer le pilote de Tignes, qui a gagné partout où il est passé du Ski Freeride au Rallye Raid en passant par le Rallye, à l’aube d’un nouveau défi de taille en Rallycross !

 

 

Tu seras présent sur l’ensemble du Championnat de France de Rallycross 2017. Pourquoi cet engagement ? Et que viens-tu y chercher ?

Guerlain : La raison première est simple : j’ai besoin de rouler ! C’est une discipline particulière avec des voitures particulières et j’ai besoin d’expérience pour me préparer au mieux pour 2018 et notre engagement officiel en FIA World RX.

 

Le Championnat de France se compose de 9 courses. Autant de chances de m’aguerrir en Rallycross d’autant plus, si j’ai bien compris, c’est un des championnats nationaux des plus relevés si ce n’est le plus relevé. Pour faire mes armes, cela me semble parfait !

 

Ce que je viens chercher c’est la performance également. Sur mes quelques participations en Rallycross, j’ai montré que j’étais capable de faire des bons tours mais je n’ai jamais réussi à les reproduire systématiquement. Du fait de mon manque d’aisance dans ces voitures tellement différentes de ce que j’ai pu conduire depuis presque dix ans. Sans oublier le fait de rouler en peloton ! C’était une vraie découverte pour moi. Ca change du WRC ou encore du Dakar, et il faut s’y faire d’avoir des « énervés » si proche de soi !

 

A l’issue de cette saison, j’aurai fait 15 courses, entre les 9 du Championnat de France et les 6 du Championnat du Monde, je pense que je serai prêt et confiant. Tu peux faire autant de kilomètres d’essais que tu veux, rien ne remplace la course.

 

Même si ce sera une saison d’apprentissage, un compétiteur comme toi peut-il venir sur un Championnat sans objectifs ?

G: Pour être honnête, je vais prendre les deux premières courses comme elles viennent sans me mettre aucune pression. Elles vont me servir pour me mettre « dedans », j’ai vraiment besoin de roulage. Ensuite, il est clair que j’espère être compétitif à partir de la troisième ou quatrième course pour espérer, pourquoi pas, en fin de saison, être le plus haut possible dans le classement !

IMG_9690_bis

 

Après quelques tours au volant de la Clio, quelles sont tes premières sensations ?

G : Franchement ? Super bonnes ! J’ai été impressionné. Cela s’accentue peut-être par le fait que je n’ai pas beaucoup roulé en 2016 car à chaque fois que je suis monté dans la Mini, on avait des soucis. De plus, je trouvais la Mini très difficile à conduire avec le moteur 2L. Et là, j’ai l’impression de retrouver mes sensations de la Mini quand elle avait le 1.6L sauf que là, c’est un 2L ! La voiture est agréable, elle est facile à conduire et surtout elle m’a mis en confiance dès les premiers tours.

 

Un mot sur tes premiers pas avec ta nouvelle équipe, composée des hommes de FORS Performance et de SRD Racing ?

G : A part Stéphane Orré, l’ensemble de l’équipe m’a été présenté ce matin. Pour l’instant, c’est génial. J’ai été très très bien accueilli par tous. Je pense que tout le monde est motivé par ce programme et on va essayer, ensemble, de faire du mieux possible. Avec Stéphane, on n’est pas là pour un « one-shot » même si l’année prochaine ce sera Prodrive en charge du programme. Nous avons d’autres projets ensemble. Cette année a une double utilité : me faire rouler et aussi solidifier cette relation avec l’équipe.

IMG_9664_bis

 

As-tu déjà eu le temps d’étudier les circuits du Championnat français et tes futurs adversaires ?

G: Honnêtement, je n’ai pas encore eu le temps mais je vais le faire oui. Même si je ne vais pas me prendre trop la tête cette année. Professionnellement parlant, j’ai une grosse saison en 2017, en plus des 15 courses, où je vais devoir tout organiser pour me libérer du temps en 2018 pour être vraiment « focus » sur le Championnat du Monde. Le temps va donc m’être compté cette année ! Et l’est déjà …

 

Pour les adversaires, je n’ai jamais fonctionné comme ça. Quel que soit le sport, il faut venir et faire du mieux qu’on peut sans se soucier de qui il va y avoir en face. Cette saison, plus l’adversité sera forte, mieux ce sera pour moi. Si je suis là, c’est pour me mettre dans le dur et voir où je me situe. C’est l’objectif de la saison.

 

Est-ce que tu penses que ton expérience en rallye et en rallye-raid te sera utile dans ce nouveau défi que représente le Rallycross ?

G : Tout est tellement différent et en même temps, chaque kilomètre parcouru ou chaque minute passée dans une discipline est une expérience supplémentaire. Que ce soit positif ou négatif.

 

Pour le Rallye, malheureusement mon parcours a été vite achevé. Je suis arrivé au haut niveau dans un timing pas forcément idéal, j’ai fait des erreurs quand il ne fallait pas en faire. Et donc j’ai un peu raté le coche à ce moment là où ça aurait pu marcher pour moi. J’aurai toujours un petit goût d’inachevé en rallye même si je n’ai aucune amertume.

 

Le Rallye-Raid c’est une autre approche. C’est l’aventure ! C’est des souvenirs et des histoires que je n’oublierai jamais. Pour faire court, le Rallye-Raid c’est l’école de la vie ! Tu apprends que ce n’est jamais fini et tu apprends à devenir encore plus persévérant et plus tempéré aussi au niveau du pilotage. L’objectif, c’est clairement d’y retourner et de gagner le Dakar un jour.

 

Le Rallycross c’est encore différent. C’est des WRC sauvages et c’est ça que j’aime. Ca met vraiment la part belle au pilotage, il faut les mener ! C’est un peu comme un cheval sauvage qu’il faut réussir à dompter. Et après il y a cette notion d’un combat de gladiateur où on se retrouve au milieu d’une arène surchauffée ! Cette ambiance là, je me sens super à l’aise avec. J’adore le show !

0T8A2938_bis


  • Yacco
  • Avon
  • Centrakor
  • la chaine l'equipe
  • Bfast
  • Echappement
  • P1