STEVEN LEFRANCOIS CHANGE D’HORIZON

IMG_1146-1024x682

Auteur d’une saison proche de la perfection auréolée de six victoires, Steven Lefrançois a remporté sa première Coupe de France dans les rangs de la Division 4. Pour 2016, le Drouais lâchera le volant de sa 206 F2000 et étrennera la Clio D3 utilisée jusqu’ici par son frère Thomas. Une fois la quatre roues motrices bien en main, il y a fort à parier que le vainqueur de la Coupe de France de D4 2015 sera un sérieux outsider de la Division 3. En attendant, Steven revient avec nous sur 2015 et nous explique son choix de passer à l’échelon supérieur.

 

1 / Deux mois après la dernière manche à Dreux, peux-tu revenir avec nous sur une saison extraordinaire qui t’a amené au titre en Division 4 ?

Steven : Bien évidemment, ce fut une superbe année sur le plan sportif avec toute l’équipe. Avant le lancement de la saison, nous étions prêts à partir au combat ou du moins, nous nous étions bien préparés à cela. Avec une course quasiment tous les quinze jours, il faut que les mécaniques et les hommes suivent. Ce n’est pas toujours évident quand vous avez un métier prenant. Avec un tel rythme, on s’aperçoit vite que le travail abattu durant l’intersaison est tout aussi important que celui fait entre les courses. Nous avons fait en sorte de fiabiliser la voiture au maximum.

Dès la première course à Essay, nous étions dans le coup. Cela a été une première satisfaction. Ensuite, nous avons enchainé les victoires sans pour autant relâcher la pression, bien au contraire. Nous nous remettions en question avant chaque meeting. Avant Kerlabo, j’ai senti la tension monter d’un cran avec mes adversaires ce qui peut se comprendre quand un pilote empile les victoires. J’ai connu cette situation. Malheureusement à Kerlabo, cela s’est confirmé sur la piste. Je n’ai toujours pas compris la décision de la direction de course, tout comme à Mayenne. Cela ne veut pas dire que je ne les respecte pas. Mais j’ai beaucoup de mal avec l’injustice et j’étais clairement vexé.

La semaine avant Essay 2 a été difficile pour moi. Je sortais de deux revers inexpliqués et je voyais mon avance au championnat se réduire. J’ai rarement été aussi tendu avant une course. Le vendredi midi, j’étais encore sur Dreux et j’ai été courir pour évacuer cette frustration et cette tension. Cela m’a fait beaucoup de bien. J’ai donc décidé de ne prendre aucun risque durant le week-end, en assurant les points. En finale, la porte s’est ouverte dans le dernier virage, j’ai saisi ma chance. Cette victoire nous a assuré du titre. Ce fut un énorme soulagement pour toute l’équipe. Nous avons pu arriver à Dreux sans pression. Cela ne m’a pas forcément servi sur le plan sportif même si j’ai réussi à accrocher la troisième place. C’est toujours particulier à Dreux car c’est à domicile, devant tous mes amis et toute ma famille et je suis aussi pris par l’organisation. Il est difficile de rester parfaitement concentré sur le pilotage.

2/ Quel sera ton programme en 2016 ?

S : Après ce titre, j’avais envie de changer d’air. Je me dirigeais vers le Super 1600 avant que Thomas, mon frère, ne décide d’arrêter le Rallycross pour repartir en Tout Terrain. Avec une D3 dans le garage, nous avons donc changé les plans ! Je pense que c’est une belle évolution pour moi. La marche était trop haute pour le Supercar où les budgets sont conséquents. Et le fait de rouler avec une quatre roues motrices est une réelle motivation ! J’ai hâte de prendre le volant de la Clio. Je n’ai pour l’instant fait que quelques tours avec après Dreux. Il va falloir que j’adapte mon pilotage !

IMG_1492-1024x682

3/ Dans une catégorie où la plupart des pilotes sont expérimentés et affutés, quel sera ton objectif ?

S : Dans un premier temps, j’espère avoir l’occasion de rouler avec la voiture avant Essay. Comme je le disais précédemment, il va falloir que je change ma façon de piloter. Il faut trouver le bon compromis entre la glisse et l’efficacité et ne pas se faire piéger à se retrouver par les portes dans tous les virages ! Le premier objectif sera donc de trouver le meilleur compromis entre la voiture, l’équipe et moi. Ensuite, sportivement, pour une première saison, j’aimerai figuré dans le top 5 de la Coupe de France. Je pense que c’est un but raisonnable et réaliste. Nous avons vu l’année dernière que la voiture pouvait jouer en haut de tableau. Elle est performante. A moi de jouer maintenant !



NOS PARTENAIRES

  • Yacco
  • Avon
  • Echappement
  • Identicar
  • Ellip6
  • FFSA